Lettre d’informations du Vendredi 10 Juillet 2020

Cette semaine, la guerre de l’ombre entre Israël et l’Iran à propos du dossier nucléaire s’intensifie ; lundi, le ministère israélien de la Défense et l’entreprise israélienne aéronautique et de défense Israel Aerospace Industries (IAI) ont lancé avec succès le satellite de reconnaissance ‘Ofek 16’ ; à l’actualité également, une seconde vague de coronavirus touche l’Etat hébreu avec un nombre record de contaminés.

De nouvelles explosions ont retenti à Téhéran dans la nuit de jeudi à vendredi, provoquant des coupures de courant dans certaines zones de la capitale, ont rapporté les médias locaux. Les villes de Garmdareh et Quds auraient également été touchées, selon l’agence de presse iranienne Mehr. La chaîne Al-Arabiya indique pour sa part que des entrepôts de missiles, appartenant au Corps des Gardiens de la révolution islamique, ont été visés. Ce nouvel événement intervient alors que de nombreux autres incidents similaires ont été signalés en Iran au cours des dernières semaines. Mardi, deux personnes ont été tuées et trois autres blessées dans une explosion survenue dans une usine au sud de Téhéran. Samedi dernier, une autre explosion a eu lieu dans la centrale électrique d’Al-Zarqan à Ahwaz, dans le sud-ouest de l’Iran. La semaine dernière, au moins dix-neuf personnes sont mortes dans un incendie survenu dans une clinique située au nord de Téhéran, a rapporté l’agence de presse semi-officielle Isna, citant les services médicaux d’urgence. Les Iraniens procèdent actuellement à l’enrichissement de l’uranium avec des centrifugeuses anciennes de type IR-1 qui n’atteignent pas le niveau d’enrichissement nécessaire pour fabriquer une bombe atomique. On peut supposer que l’Iran a recommencé à fabriquer des centrifugeuses de type IR-2, des installations plus avancées qui lui permettraient d’y parvenir. Selon le Haaretz, l’explosion qui s’est produite à Natanz aurait permis de retarder d’un an le programme nucléaire iranien. Elle a nécessité d’excellents renseignements israéliens et une capacité opérationnelle rare, souligne le quotidien. Toutefois, une cyberattaque iranienne ou des opérations militaires du Hezbollah contre Israël ne sont pas à exclure.

Lire aussi : Sabotages en tout genre, désinformation et cyberattaques : entre Iran et Israël, une guerre de l’ombre en pleine escalade

Lundi, Israël a lancé un satellite espion depuis une base du centre du pays, a annoncé ce lundi 6 juillet, le ministère israélien de la Défense, renforçant selon les médias les moyens de l’État hébreu de surveiller les activités de son ennemi l’Iran. « Le ministère israélien de la Défense et l’entreprise israélienne aéronautique et de défense Israel Aerospace Industries (IAI) ont lancé avec succès le satellite de reconnaissance ‘Ofek 16’» à 04H00 heure locale (01H00 GMT), a indiqué le ministère dans un communiqué. Le satellite d’observation Ofek 16, propulsé dans l’espace grâce à la fusée Shavit, est un satellite « électro-optique aux capacités avancées», précise le texte, ajoutant que dans un premier temps, le satellite allait subir «une série de tests» pour déterminer «son niveau de performance ».  «Le succès du lancement du satellite Ofek 16 dans la nuit est un nouvel accomplissement extraordinaire pour l’industrie de la Défense dans son ensemble et pour Israel Aerospace Industries en particulier », s’est félicité dans un communiqué le ministre de la Défense Benny Gantz. « La supériorité technologique et le renseignement sont essentiels à la sécurité de l’Etat d’Israël (…) Nous continuerons de renforcer et maintenir les capacités d’Israël partout et sur tous les fronts », a-t-il ajouté. Aucun autre détail n’a été fourni sur la mission de ce satellite. Mais, selon la radio publique israélienne, cet engin entrerait dans le cadre de la surveillance des activités nucléaires controversées de l’Iran.

Lire aussi : Nouveaux tirs de roquettes de Gaza sur Israël, selon l’armée

Touché par une 2ème vague de coronavirus, Israël dénombre 16.651 cas actifs et 124 patients se trouvent dans un état grave. 1.464 nouveaux cas de contamination ont été recensés dans la journée de jeudi, selon le dernier rapport du ministère de la Santé publié vendredi matin. Selon les médias israéliens, il s’agit par ailleurs du nouveau record quotidien d’infections. Au total, 350 personnes sont décédées des suites de la maladie Covid-19, et 35.533 Israéliens ont été contaminés depuis le début de la pandémie. Le ministère de la Santé a par ailleurs indiqué avoir réalisé 27.996 tests de dépistage dans la journée de jeudi. Dans le même temps, le ministre de la Santé Yuli Edelstein a averti que le gouvernement pourrait réimposer un confinement à l’échelle nationale si le nombre d’infections quotidiennes atteignait les 2.000, selon un rapport publié vendredi. Jeudi soir, le Premier ministre Benyamin Netanyahou a dévoilé son plan de soutien économique, destiné à sortir le pays de la crise liée au nouveau coronavirus, lors d’une conférence de presse. « Nous sommes en pleine tempête mondiale qui va croissante et en pleine deuxième vague », a averti le chef du gouvernement. Siegal Sadetzki, directrice des services publics au ministère, a présenté sa démission, au lendemain de l’annonce de Yuli Edelstein, de son intention de nommer un responsable en charge spécifiquement de la lutte contre la pandémie, ce qui lui enlèverait des responsabilités. « Après des succès dans la lutte (contre le virus), la nouvelle politique s’est avérée un échec », a-t-elle affirmé sur sa page Facebook. Mardi, les nouvelles restrictions votées par le gouvernement sont entrées en vigueur, fermeture des bars et salles de sport, limitation du nombre de personnes dans les lieux publics et augmentation de l’amende pour les personnes ne portant pas de masques en public. Selon Siegal Sadetzki, « le déconfinement trop rapide » a réduit les effets positifs de la politique israélienne face à la première vague de contaminations. « Un changement radical dans le processus de prise de décision est nécessaire pour endiguer une seconde vague. »

Lire aussi : Lutte contre le Covid-19 en Israël: de nouvelles mesures loin de faire l’unanimité