Go to Appearance > Menu to set Top Menu

Avec son dernier rapport intitulé « Apartheid d’Israël contre les Palestiniens : système cruel de domination et crime contre l’humanité » publié le 1er février 2022, Amnesty International – UK diffuse une fois encore un document calomnieux contre Israël qui pourrait se résumer en une phrase : Israël est un Etat illégitime qui ne devrait pas exister.

Le rapport contient un grand nombre d’approximations juridiques et de graves incompréhensions du droit international, du droit international humanitaire et du terme même d’apartheid. L’apartheid fait référence au système de ségrégation raciale qui existait en Afrique du Sud. Sous l’apartheid, les non-blancs ne pouvaient pas devenir citoyens, ne pouvaient pas voter, et étaient systématiquement privés de leurs droits fondamentaux. La vie publique et sociale était strictement divisée selon le principe de la ségrégation raciale.

La réalité en Israël n’a rien à voir avec la situation qui existait en Afrique du Sud. Amnesty ignore que les Arabes israéliens représentent une communauté dynamique dont la plupart des membres actifs occupent des postes prépondérants dans la médecine, la science, les médias et la culture. Ils sont également présents et actifs à la Cour suprême et à la Knesset, où le parti arabe Ra’am, pourtant islamiste et antisioniste, participe quotidiennement à la vie politique.

Le fait que nous soyons obligés de le rappeler est une aberration, comme s’il fallait apporter la preuve que les Juifs ne propageaient pas la peste ou n’empoisonnaient pas les puits.

Les droits des Palestiniens sont couverts par le régime juridique de l ‘Autorité palestinienne, mis en place conformément au droit international. D’aucun autre pays au monde on exige d’accorder l’égalité des droits aux personnes qui ne sont pas ses propres citoyens, et pourtant, en ciblant uniquement Israël, Amnesty International évoque ces notions mêmes de traitement inégal et sectaire qui sont au cœur de tout régime d’apartheid.

En réalité, le rapport tourne en dérision ceux qui ont vraiment souffert sous l’apartheid en banalisant les crimes qui ont été perpétrés contre eux pour ne servir qu’un objectif : faire d’Israël le paria des nations.

Cette accusation d’apartheid est la forme la plus sophistiquée, la plus accomplie de la perversité antisémite. Ce vocabulaire appartient au discours totalitaire. Cela n’a rien à voir avec les faits et tout à voir avec l’extension du projet génocidaire contre les Juifs.

Voilà pourquoi il faut y répondre sur le fond et pas sur la forme… Cette accusation d’apartheid qui ne tient pas, n’affecte pas seulement Israël mais elle menace la liberté de tous et la démocratie, pour promouvoir une société racialiste, indigéniste et faussement inclusive. Une dictature compassionnelle des minorités. Un projet contre l’universalisme de l’humanité.

Au moment même où de nombreux pays arabes concluent de nouveaux accords avec Israël, et où les relations entre Arabes et Juifs sont florissantes dans de nombreux pays du Moyen-Orient, ELNET condamne avec la plus grande fermeté les efforts malavisés d’Amnesty-UK pour diffamer Israël. Ce rapport ne fait qu’attiser la haine des Juifs et d’Israël dans le monde – à un moment où l’antisémitisme atteint des sommets, affaiblit le combat contre les islamistes, exacerbe les tensions existantes tout en obstruant le chemin de la paix et du règlement du conflit israélo-palestinien.