Go to Appearance > Menu to set Top Menu

  • Israël : ONG interdites / la polémique

Des réps en route pour les Etats-Unis pour justifier l’interdiction des ONG palestiniennes

Aaron Boxerman et ToI staff/ Times of Israel /24 octobre

Selon un haut responsable de la Défense, un envoyé du Shin Bet et du Ministère des affaires étrangères se rendra aux Etats-Unis pour présenter des informations « irréfutables » sur les associations humanitaires palestiniennes interdites en raison de leurs liens avec le Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP). Le ministre de la Défense Benny Gantz a annoncé l’interdiction de six ONG dont plusieurs, réputées, sont surveillées et soutenues par l’Union européenne et d’autres instances internationales. Ned Price, porte-parole du Département d’Etat américain, se dit surpris de ne pas avoir été prévenu à l’avance ; des responsables israéliens affirment que le dossier a été remis au Bureau of Counterterrorism de son ministère. Il s’agirait probablement d’une erreur d’ordre bureaucratique : c’est le Bureau des affaires moyen-orientales qui gère le conflit israélo-palestinien. Le responsable israélien déclare que les informations – des vidéos, des photos, des récépissés reliant les associations aux activités terroristes–sont « en béton armé ». On y reconnaît le mode opératoire du FPLP. Conscient des implications de l’affaire, le responsable insiste sur le degré de préparation et de consultation préalable. Le Procureur de l’Etat, Amit Aisman, avait étudié le dossier et donné son aval avant la remise à Gantz. En certains cas, c’est seulement la direction de l’ONG qui sait que des fonds sont siphonnés par le FPLP à l’insu des militants. L’interdiction de ces ONG est conforme aux dispositions de la loi anti-terreur de 2016, qui permet la désignation comme terroriste d’une association humanitaire, même si elle réalise des actions légitimes, si elle a des liens avec un groupe terroriste, le soutient ou agit dans son intérêt. Les ONG en question dépassent le seuil prévu par la loi.

On raconte, dans des médias en hébreu, que Gantz n’avait pas prévenu le premier ministre, Naftali Bennett, avant de qualifier officiellement les ONG de terroristes. D’autres ministres –appartenant au Meretz ou à Avoda–se sont plaints de ne pas avoir été informés. Dans son annonce, le Ministère de la Défense n’a pas fourni de preuves concrètes du lien des  ONG interdites avec le FPLP. La décision de Gantz a suscité une forte réaction de la part de l’UE, de l’AP, des Democrats progressistes américains, des organisations juives  américaines et des associations humanitaires israéliennes et internationales. Le Ministre de la Sécurité publique, Omar Barley, dit que la question n’a jamais été discutée dans son cabinet et qu’il n’a pas vu les documents établissant le lien entre les ONG et le FPLP. Soutenir ou appartenir à une organisation terroriste est, en Israël, passible d’emprisonnement, de la saisie des biens et de l’interdiction à autrui de financer ses activités. Les autorités israéliennes ont déjà, à plusieurs reprises, accusé le FPLP du détournement de millions d’euros.

Les ONG interdites sont : Union of Palestinian Women’s Committees; ADDAMEER — Prisoner Support and Human Rights Association; Bisan Center for Research and Development; al-Haq Organization; Defense for Children International — Palestine (DCI-P); and the Union Of Agricultural Work Committees.

Shin Bet, Foreign Ministry rep heading to US over outlawed Palestinian groups | The Times of Israel

 

Le ministère israélien des affaires étrangères persiste et signe : les ONG palestiniennes interdites sont « la source principale » du financement du FPLP  

Sharon Wrobel / Algemeiner / 25 octobre

Le Ministère israélien des affaires étrangères a fourni des informations supplémentaires sur la désignation de 6 ONG comme organisations terroristes : la source principale du financement du FPLP provient des donations d’origine étrangère, en majorité européenne, prélevées à travers un réseau d’institutions civiles. Les services de sécurité israéliens ont enquêté sur l’utilisation des millions d’euros pour financer des attentats contre des civils israéliens. Deux agents du FPLP associés à ces ONG ont perpétré l’attentat à la bombe qui a tué Rina Schnerb, 17 ans. Les associations servent de structure pour salarier des militants dont les bureaux sont autant de QG des organisations terroristes, tout en réalisant des projets légitimes qui augmentent leur influence auprès de la population palestinienne. Ces ONG créent des programmes fictifs, ds faux documents et des autorisations bancaires falsifiées.

https://www.algemeiner.com/2021/10/25/israeli-foreign-ministry-argues-banned-palestinian-groups-are-main-source-of-pflp-funds/

 

La fumisterie des organisations humanitaires palestiniennes  

Le ministre de la Défense Benny Gantz n’a pas peur de froisser la Gauche ni, paraît-il, les Etats-Unis

Amnon Lord / Israel Hayom / 24 octobre

Le classement comme terroriste de six organisations palestiniennes liées au FPLP  est une démarche courageuse et révolutionnaire pour  Israël. Ces soi-disant associations de la « société civile » ou des « droits de l’homme » font en fait partie intégrale de la stratégie de guerre palestinienne contre l’Etat juif. Par leur prétendue défense de la justice au lieu de faire la guerre à l’ancienne, elles sont plus efficaces sur la ligne de front des organisations consacrées à la destruction de l’Etat d’Israël. En exigeant des justifications de Jérusalem, Washington montre à quel point l’action combinée de guerre et propagande palestinienne a imprégné l’Establishment américain. En ce qui concerne l’ONG « humanitaire » le mieux connu, Al-Haq, c’est une évidence : ses responsables sont membres du FPLP, connus pour leur participation aux activités terroristes.

Par le passé, des gouvernements de droite ont tenté d’imposer des limites sur des organisations israéliennes, financées par le New Israel Fund et l’Union européenne, qui fonctionnent en fait comme les associations palestiniennes. Ce genre de coopération israélo-palestinienne est devenue la force motrice de la haine d’Israël et des Juifs dans le monde occidental. C’est bien Merrick Garland, le ministre de la justice d’un gouvernement américain exigeant des explications d’Israël, qui donne consigne au FBI de traiter de « terroristes domestiques » des parents qui contestent les programmes scolaires.

En interdisant des ONG, Gantz dresse un pion supplémentaire sur la ligne de front avec un gouvernement américain déterminé à réintégrer le JCPOA et à rouvrir la mission diplomatique à Jérusalem, opposé à la construction des implantations en Judée Samarie et à la lutte anti-terroriste israélienne. Gantz ne craint pas la critique des membres de la coalition.  Il reste encore beaucoup à faire pour hérisser la Gauche avant la confirmation du budget.

https://www.israelhayom.com/opinions/the-smoke-and-mirrors-of-palestinian-human-rights-groups/

 

Chef onusien des droits de l’homme fustige l’interdiction « arbitraire »  des ONG palestiniennes

ToI Staff et AFP / Times of Israel / 26 octobre

Michelle Bachelet, Haut-commissaire de l’ ONU aux droits de l’homme, condamne la mise à l’index de six ONG palestiniennes accusées par Israël de liens avec le groupe terroriste FPLP.  C’est, dit-elle, une attaque contre les défenseurs des droits de l’homme, de la liberté d’association, d’opinion et d’expression et du droit à la participation à la vie publique. Elle exige la révocation immédiate de l’interdiction. La législation anti-terroriste, dit-elle, ne devrait pas être appliquée aux activités humanitaires et de protection des droits de l’homme légitimes. Les organisations, leurs employés et leur activités, essentielles pour des milliers de Palestiniens, seront gravement entravés par cette « décision arbitraire ».

UN rights chief slams ‘arbitrary’ Israel decision to outlaw Palestinian groups | The Times of Israel

 

Analyses : Israël désigne comme terroriste 6 ONG liées au FPLP

NGO Monitor / 24 octobre

NGO Monitor a publié, depuis 2007, de nombreux dossiers basés sur des sources ouvertes attestant des liens étroits entre le FPLP et les six ONG palestiniennes interdites ainsi que d’autres associations similaires. Ces liens ont été soulignés après l’arrestation des responsales du FPLP accusés de de l’attentat à la bombe qui a coûté la vie à Rina Shnerb, 17 ans, en blessant son frère et son père. L’un des coupables, qui travaillait comme comptable à l’UAWC et, jusqu’en 2015, chez Addameer, a été frappé de 21 chefs d’inculpation, dont le commandement de la cellule responsable de l’attentat.

La réponse du FPLP

Le FPLP a condamné la qualification de terroriste par la Défense. Kayed Al-Ghoul, membre de son Politburo, se félicite de savoir que, pour le peuple palestinien, l’affiliation de ses fils avec le FPLP, une faction qui résiste l’Occupation, est source de fierté et d’honneur. Le FPL, à son tour défend ces ONG, valorise ses liens avec elles et identifie leurs dirigeants comme membres du FPLP, y compris ceux accusés du meurtre d’un civil israélien en août 2019. Quelques heures après la confiscation par Tsahal des ordinateurs et des documents du DCI-P et de Bisan, le 29 juillet 2021, le FPLP a renouvelé son appel à contrer les violations sionistes des institutions civiles palestiniennes. Jusqu’en 2015 le site web du FPLP en version anglaise faisait la promotion du DCI-P, Addameer et UAWC, en postant des liens vers leurs sites.

Enquêtes et gel du financement

Dans la foulée de la déclaration du gouvernement néerlandais d’une enquête sur les liens de l’UAWC avec le terrorisme et de l’interruption du financement de l’ONG, l’OLAF a lancé une enquête sur le soutien européen aux ONG palestiniennes. Auparavant, en mai 2020, Olivér Várhelyi, commissaire de l’EU chargé de voisinage et de l’élargissement, avait demandé aux délégations de l’Union en Israël, en Cisjordanie et à Gaza d’étudier de près les allégations d’attribution des fonds de l’Union aux ONG qui soutiennent ou ont des liens avec le terrorisme, ce qui serait « inacceptable.».

https://www.ngo-monitor.org/reports/analysis-israel-designates-6-pflp-linked-ngos-as-terrorist-organizations/

 

Comment le Danemark, la Suède, l’ONU et l’UE en sont venus à financer bêtement une organisation terroriste

Yossi Kuperwasser / Tablet Magazine/ 22 septembre 2020

 

[Quelques extraits d’un article de fond, complet, précis et documenté, qui répond, un an à l’avance, aux demandes de justification de l’interdiction des 6 ONG palestiniennes.]

Le FPLP, grotesque hybride de bras terroriste et de réseau des ONG, assassine des innocents tout en se gavant des millions des donations occidentales.

L’interpellation, en décembre 2019, de 50 membres supposés  de l’infrastructure du FPLP à Ramallah, responsables de l’attentat qui a coûté la vie à Rina Shnerb au mois d’août, a révélé l’ampleur du réseau de l’organisation terroriste, sa capacité de frapper en Israël et l’aveuglement volontaire de certains gauchistes européens et américains.

 

Khalida Jarrar, 57 ans, activiste politique haut placée dans les rangs du FPLP, acteur dans la campagne de délégitimation d’Israël, a occupé avec des collègues terroristes des postes clés dans l’organisation BDS, Addameer, qui milite pour améliorer les conditions d’incarcération des détenus palestiniens. Se présentant dans l’univers des ONG comme activistes des droits de l’homme, ils font la promotion des agressions sauvages contre des vies humaines en Israël-Palestine.

 

Malgré cela, des organisations et des gouvernements  européens invitent les activistes Leila Khaled et Khaled Barakat (membre du Comité Central du FPLP et actif au sein de Samidoun) à faire des conférences, y compris dans l’enceinte du Parlement européen.  San Francisco State University est déterminée à inviter Leila Khaled pour une conférence Zoom en septembre.

 

Ceux qui veulent croire qu’en travaillant avec des associations de la société civile liées au FPLP ils mènent la lutte pacifique contre l’occupation de la Judée-Samarie ressemblent à ceux qui voient une différence entre le bras politique et le bras terroriste du Hezbollah. La révélation de l’infrastructure terroriste du FPLP devrait servir de coup de semonce à la Gauche américaine comme israélienne. S’ils ne se désengagent pas du FPLP et de ses affiliés ils seront directement responsables de la mort d’innocents.

https://www.tabletmag.com/sections/israel-middle-east/articles/pflp-funding-eu-un

 

VOIR AUSSI :

Germany demands explanation for Israel’s outlawing of Palestinian groups

AGENCES et TOI STAFF 27 octobre

“We are very concerned by the Israeli decision,” a German foreign ministry spokeswoman told reporters, saying that the groups’ placement on a terror list would have “broad political, legal and financial implications” for them The German government routinely conducts “reviews of accusations and indications of connections of possible partners to terrorist organizations,” she added.

Germany demands explanation for Israel’s outlawing of Palestinian groups | The Times of Israel