Nouvelle flambée de violences en Cisjordanie (Thierry Oberlé – Le Figaro)

Les forces de sécurité israéliennes ont abattu mardi l’auteur présumé d’une attaque qui a coûté la vie à un jeune soldat et à un rabbin dimanche devant la colonie d’Ariel. Elles ont également tué deux Palestiniens dans un incident distinct à proximité du tombeau de Joseph près de de Naplouse.

La Cisjordanie occupée a connu mardi soir un regain de violence. Les forces de sécurité israéliennes ont abattu Omar Amin Abou Lila, 19 ans, l’auteur présumé d’une attaque qui a coûté la vie à un jeune soldat et à un rabbin dimanche devant la colonie d’Ariel. Elles ont également tué deux Palestiniens dans un incident distinct à proximité du tombeau de Joseph près de de Naplouse, un lieu saint vénéré par les trois religions du Livre.

L’agresseur palestinien soupçonné d’avoir perpétré l’attentat meurtrier de dimanche a été «neutralisé» après une chasse à l’homme qui tenait en haleine les médias israéliens. La maison dans laquelle il se terrait dans le village d’Abwein a été encerclée et une fusillade a éclaté lorsque les unités spéciales israéliennes ont donné l’assaut.

Le jeune homme qui n’avait, semble-t-il, pas d’appartenance partisane avait poignardé à mort un appelé de l’armée israélienne en faction à un carrefour et s’était emparé de son arme. Il avait ensuite ouvert le feu sur un deuxième soldat qu’il a grièvement blessé au ventre et avait tiré une balle dans la tête du rabbin Ahiad Ettinger, père de douze enfants en prenant la fuite à bord d’une voiture volée.

«Ces terroristes ne nous déracineront pas d’ici»

Le suspect palestinien n’avait pratiquement aucune chance de s’en sortir. Les forces israéliennes parviennent en règle générale à appréhender rapidement les assaillants. Ils bénéficient de la coopération des services de renseignement de l’Autorité palestinienne et s’appuient sur les Douvdevan, les unités de soldats israéliens infiltrés chez les Palestiniens. Lundi, l’armée israélienne et le Shin Beth avaient arrêté des proches d’Abou Lila et cartographié la maison de sa famille en prévision d’une probable démolition. Des dizaines de jeunes Palestiniens s’étaient heurtés aux forces de sécurité au cours de l’opération.

«Ces terroristes ne nous déracineront pas d’ici – c’est exactement le contraire qui se produira», avait déclaré le premier ministre, Benyamin Nétanyahou qui s’était déplacé à Ariel après la sanglante attaque. «Demain nous commencerons la construction de 840 nouveau logements», avait-il ajouté, évoquant un projet d’extension de la colonie prévu depuis deux ans.

Reste que la recrudescence d’actions isolées par des individus aguerris inquiète les autorités israéliennes. Difficiles à détecter, elles maintiennent la Cisjordanie sous tension permanente. Chaque agression armée semble en effet faire des émules.

Tombeau de Joseph

Mardi soir, pendant la fin de la traque d’Abou Lila, une confrontation a éclaté entre deux Palestiniens et les forces de défense israélienne (FDI) près de Naplouse. Selon les FDI, des «engins explosifs» auraient été lancés depuis une voiture alors que l’armée sécurisait l’arrivée de fidèles juifs devant le tombeau de Joseph. Les deux jeunes occupants du véhicule sont morts dans la réplique des soldats.

Selon des sources palestiniennes, l’échange a éclaté durant des heurts lorsque les visiteurs sont entrés sur le lieu saint pour prier. Ils se sont ensuite propagés dans plusieurs quartiers de Naplouse.

Le tombeau de Joseph est sous contrôle de l’Autorité palestinienne et les fidèles juifs munis d’autorisation pour pénétrer dans l’enceinte sont accompagnés par des soldats israéliens. En 2015, les Palestiniens ont mis le feu au lieu saint et en 2011, les forces palestiniennes ont ouvert le feu sur trois voiture israéliennes circulant dans le complexe, tuant un passager.