Lettre d’informations du Vendredi 15 Novembre 2019

Du 9 au 11 novembre s’est tenue à Paris la conférence internationale annuelle d’ELNET (EIPC). Rassemblant plus de 60 intervenants de haut niveau venus d’Europe, d’Israël, et des États-Unis, et réunissant plus de 450 participants, cette deuxième édition a connu un vif succès.

Le thème général était « Europe – Israël : regards croisés sur les défis sécuritaires », permettant d’aborder les sources d’instabilité en Europe et au Moyen-Orient, la place l’Etat de droit face au terrorisme et à la radicalisation, les défis cybernétiques dans les démocraties, la menace iranienne, les alliances stratégiques entre Israël et les pays du Golfe, ou encore le déploiement de la puissance russe au Levant. Parmi les intervenants, Bruno Le Maire, Ministre français de l’Économie et des Finances, le député israélien Yair Lapid, co-président du parti bleu et blanc, le député allemand Stephan Mayer, vice-ministre de l’Intérieur, Elan S. Carr, Envoyé spécial du Département d’État américain chargé de surveiller et de combattre l’antisémitisme, Katharina von Schnurbein, Coordinatrice de la lutte contre l’antisémitisme à la Commission européenne, la députée européenne Karoline Edtstadler, Présidente du groupe de travail sur l’antisémitisme au Parlement européen, Zohar Palti, Directeur du Bureau de la politique et des affaires politico-militaires du Ministère de la défense israélien, le général Dror Shalom, chef de la division de la recherche et de l’analyse du renseignement des forces de défense israéliennes, Tzahi Gavrieli, Directeur général par intérim du Ministère des affaires stratégiques d’Israël, Amb. Dennis Ross, membre distingué du Washington Institute et diplomate américain de longue date, le député Christian Schmidt, membre du Bundestag allemand et ancien ministre fédéral de l’Alimentation et de l’Agriculture, le député Averof Neofytou, un des principaux candidats à la présidence de Chypre, la juge Miriam Naor, ancienne présidente de la Cour suprême d’Israël,  Eviatar Matania, fondateur de la Direction nationale du Bureau national cyber, Hillel Neuer, Directeur exécutif de UN Watch, ou encore le Professeur Uzi Arad, ancien conseiller à la sécurité nationale auprès du Premier ministre israélien. La conférence a également rassemblé plusieurs parlementaires, notamment les présidents des groupes d’amitié France-Israël à l’Assemblée nationale et du Sénat, Aurore Bergé et Philippe Dallier. Le Président du groupe de travail sur l’antisémitisme Sylvain Maillard a également assisté à la conférence. Il dirige actuellement les travaux concernant le vote d’une nouvelle résolution du Parlement contre l’antisémitisme. L’EIPC a intéressé beaucoup de médias et a généré plus de 30 interviews parallèles. Les députés Yair Lapid et Sharren Haskel ont créé des vidéos promotionnelles de la conférence. Ce 2ème volet de l’EIPC a permis aux décideurs politiques et aux experts européens, israéliens et américains d’échanger sur des questions stratégiques majeures telles que le la menace iranienne, le Hezbollah, la lutte contre le terrorisme, la montée de l’antisémitisme, renforçant ainsi le dialogue multilatéral…

Nous vous tiendrons informés dans les prochaines semaines de la date de la 3ème ELNET International Policy Conference qui devrait se tenir à l’automne 2010.

Au Moyen-Orient, cette semaine a été marquée par une escalade des tensions après l’assassinat ciblé de Baha Abu al-Atahaut, haut commandant du Djihad islamique et de son épouse à Gaza par Tsahal. En retour, 450 roquettes ont frappé Israël, certaines jusqu’à Tel-Aviv. Dans les régions israéliennes proches de l’enclave, des projectiles ont endommagé des maisons et une usine. Un autre est tombé sur une autoroute, passant à quelques mètres de foudroyer des voitures en circulation. Pour tenter de freiner la nouvelle spirale de violence, l’émissaire de l’ONU pour le Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, avait piloté avec les Egyptiens une médiation en vue d’une « désescalade urgente ». Un accord de cessez-le-feu entré en vigueur jeudi à 05H30 locales (03H30 GMT). Ce vendredi, suite à des tirs de roquettes depuis le territoire palestinien, Israël a été contraint  de frapper à nouveau des cibles du Djihad islamique dans la bande de Gaza. L’armée israélienne a visé « des cibles terroristes du Djihad islamique dans la bande de Gaza », a-t-elle annoncé dans un message WhatsApp. Dans un communiqué, Tsahal a ensuite condamné « la violation du cessez-le-feu et les roquettes lancées contre Israël ». Elle s’est dite « prête à continuer à agir autant que nécessaire contre toute tentative pour porter atteinte aux civils israéliens ». Côté palestinien, le Hamas est resté à l’écart des hostilités. Tsahal a pris soin de ne frapper aucun de ses postes, misant tout sur la destruction du Djihad islamique. Ainsi s’affiche la rivalité entre les deux organisations pour le contrôle d’un territoire dont la population s’insurge de plus en plus souvent. Si le conflit s’intensifie, le Hamas sera contraint d’y prendre part. A moins qu’il ne laisse sciemment Israël affaiblir son rival.