Lettre d’information du Lundi 13 Avril 2020

Au cœur de l’actualité en ce week-end pascal, une course contre la montre est lancée en Israël pour former un nouveau gouvernement tandis que le pays fait également face à la crise sanitaire occasionnée par le coronavirus. L’Autorité palestinienne, quant à elle, diffuse de fausses rumeurs depuis une semaine insinuant qu’Israël propage le virus dans les zones palestiniennes alors même que le gouvernement israélien a été salué le mois dernier par l’ONU pour son soutien au système de santé palestinien. En France, le discours d’Emmanuel Macron sur le prolongement du confinement est vivement attendu ce soir.

Benny Gantz et Benyamin Netanyahou ont jusqu’à ce soir minuit pour tenter de former un nouveau gouvernement. Si aucun accord n’est signé, Bleu Blanc a averti le Likoud qu’un projet de loi serait déposé pour interdire Benyamin Netanyahou de devenir Premier ministre, a rapporté dimanche Channel 12. Benny Gantz et l’ancien chef de l’armée israélienne, Gabi Ashkenazi, auraient déclaré au Likoud qu’ils poursuivraient « activement et énergiquement » la législation, à la suite d’une rupture des pourparlers et de la décision du président Reuven Rivlin de ne pas prolonger le mandat de  M.Gantz. La cheffe du parti Gesher, Orly Levy-Abecassis, a demandé dimanche à ce que le président du Likoud, Benyamin Netanyahou, soit chargé de former le prochain gouvernement. Cependant, les membres de la Knesset Zvi Hauser et Yoaz Hendel ont déclaré dimanche à Rivlin qu’ils ne soutiendraient pas M. Netanyahou au poste de Premier ministre à moins qu’un accord d’unité ne soit signé, a rapporté le site d’information Ynet. Le Likoud a exhorté le président à accorder immédiatement le mandat à M. Netanyahou, affirmant qu’il est « le chef du plus grand parti de la Knesset avec 59 recommandations ». Après les législatives du 2 mars, Benny Gantz a été désigné par le président Reuven Rivlin pour composer une nouvelle équipe ministérielle.

Lire aussi : En Israël, le président refuse d’accorder à Gantz un délai pour constituer un gouvernement d’union

L’Autorité palestinienne organise depuis une semaine une ”campagne d’incitation à la haine” contre Israël, en l’accusant de « propager le virus » dans les zones palestiniennes, a rapporté dimanche Channel 12. Selon la chaîne, les responsables israéliens de la défense sont furieux contre l’Autorité palestinienne, et l’ont fait savoir. Channel 12 a affirmé que la source de la contagion, dans 73% des cas qui ont été testés positifs au coronavirus dans les zones contrôlées par l’Autorité palestinienne, sont les travailleurs palestiniens employés en Israël. La chaîne a rapporté que l’Autorité palestinienne a utilisé cette statistique pour affirmer qu’Israël ”pollue” les zones palestiniennes par les biais des travailleurs palestiniens des soldats israéliens. Ramallah a également diffusé une vidéo où l’on voit des Palestiniens pulvériser du désinfectant sur des véhicules de l’armée israélienne entrant dans des zones palestiniennes. Selon Channel 12, les responsables israéliens de la défense ont condamné les hauts responsables de l’Autorité palestinienne, notamment le Premier ministre Mohammad Shtayyeh, les accusant de mener « une campagne d’incitation raciste contre Tsahal et Israël ». Israël a averti les hauts responsables de la sécurité de l’Autorité palestinienne et, indirectement, Shtayyeh, que si cette campagne ne s’arrête pas, Israël « prendra des mesures », en réduisant notamment la coopération sécuritaire, et en limitant la liberté d’action des responsables de la sécurité de l’AP.

Lire aussi : Coronavirus: du matériel médical pour Israël bloqué en Turquie

Le coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires palestiniens (COGAT) a annoncé dimanche son intention de transférer un dispositif médical, connu sous le nom de machine PCR ou thermocycleur, pour détecter les cas de coronavirus dans la bande de Gaza, selon un communiqué de l’unité de l’armée israélienne.  Les appareils PCR seront envoyés dans la bande de Gaza contrôlée par le Hamas, via le passage d’Erez. La décision de transférer le dispositif a été prise à la lumière de la propagation du coronavirus et du manque d’infrastructures pour gérer une augmentation des tests dans la bande de Gaza.  Le nouveau dispositif permettra aux autorités sanitaires de la bande côtière de doubler le nombre de tests effectués par jour. Puisqu’il n’existe aucune relation directe entre le COGAT et les autorités du Hamas à Gaza, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), en collaboration avec d’autres organisations internationales, a accepté de faire don de dizaines de milliers de dollars pour acheter l’appareil et coordonner son transfert vers l’hôpital Shafaa à Gaza.  En plus du dispositif, l’OMS a également fait don de 500 kits de tests et réactifs, à utiliser pour le dépistage du coronavirus. L’initiative fait partie d’un certain nombre d’actions coordonnées par le COGAT pour lutter contre la propagation du coronavirus, notamment la fourniture de kits de détection de virus, d’équipements de protection pour les équipes médicales, de médicaments et d’antiseptiques grâce aux dons de la communauté internationale.

Lire aussi : Coronavirus : en Israël et à Gaza, des bombes à retardement sanitaires

En France, près d’un mois après le début des « restrictions de mouvement » pour lutter contre l’épidémie de coronavirus, Emmanuel Macron s’exprimera ce lundi soir à la télévision et à la radio depuis l’Élysée. Cette quatrième allocution du président vise d’abord à entériner la prolongation du confinement. Le chef de l’État devra en outre apporter des réponses concrètes et précises pour convaincre. Autre sujet sur lequel il est attendu : la question de la fermeture des frontières nationales ou de l’Union européenne, même si elle sera au menu d’un sommet européen virtuel fin avril. Emmanuel Macron a décalé sa prise de parole à lundi pour prendre le temps de consulter, des médecins – dont le professeur Didier Raoult, héraut du traitement à l’hydroxychloroquine contre le Covid-19, avec qui il s’est entretenu presque chaque jour, selon un proche –, mais aussi des élus, des associations et ses homologues européens. Le président devrait aussi aborder les questions économiques et notamment la méthode pour faire redémarrer le pays après le confinement. La classe politique appelle Emmanuel Macron à un « discours de vérité ». « Le président ne doit pas communiquer, il doit parler vrai, estime le chef de file de la droite au Sénat Bruno Retailleau. J’attends de lui une communication utile et précise. » L’épidémie de coronavirus a tué 14 393 personnes en France, à l’hôpital ou dans les établissements médico-sociaux. Dans les dernières 24 heures, la maladie a fait 561 morts, dont 310 supplémentaires en milieu hospitalier. Un dernier chiffre en baisse : après un pic à 605 morts lundi – le plus haut niveau enregistré jusqu’ici en France – le nombre quotidien de décès annoncé dimanche en milieu hospitalier est le plus bas, pour 24 heures, depuis le 29 mars. Le Covid-19 a fait à ce jour plus de 112 500 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, un chiffre qui a doublé en un peu plus d’une semaine. Les États-Unis sont désormais le pays le plus touché, avec 550 000 cas recensés, le cap des 20 000 morts a été franchi samedi 11 avril, selon l’université Johns Hopkins. Avec un total de 75 011 morts (pour 909 673 cas), l’Europe reste le continent le plus durement touché par la pandémie.