Lettre à l’attention de M. Damien ABAD, Député de l’Ain – 29 Juin 2020

Paris, le 29 juin 2020

Monsieur le Président,

Il a été porté à notre attention une « lettre type » intitulée « Annexion Vallée du Jourdain et colonies de Cisjordanie » que le secrétariat du groupe a diffusée à l’ensemble des parlementaires « Les Républicains ».

Je ne vous cache pas que nous avons été surpris par le ton de cette lettre qui reprend tous les éléments de langage verrouillés et éculés du Quai d’Orsay, condamne sans appel l’Etat d’Israël et soutient des « actions préventives » et des sanctions lourdes qualifiées « de riposte » sur la base d’une interprétation erronée et partisane du Droit International.

Je ne doute pas de vos bonnes intentions et de l’amitié sincère que vous portez à l’Etat d’Israël et au peuple Juif. Mais il n’est plus possible de continuer à laisser dire tout et n’importe quoi sur le conflit Israélo-arabe et particulièrement sur le contentieux avec les Palestiniens. Si la France veut œuvrer à la paix alors elle doit combattre « l’Industrie du Mensonge » que le journaliste Ben-Dror Yemini a parfaitement décrite dans son livre éponyme que nous avons fait traduire en français et à laquelle il faut opposer la bataille pour la vérité et la justice.

Vous écrivez : « Chacun doit revenir à la table des négociations ! ». C’est en effet la seule solution. Alors pourquoi ces menaces insensées contre Israël quand il suffirait de faire pression sur l’Autorité palestinienne, qui refuse tous les compromis qui lui ont été proposés depuis 20 ans et pour qu’enfin, elle revienne dans la négociation qu’elle a quittée et qu’elle s’obstine à vouloir à tout prix empêcher ?

En concentrant ses critiques sur le seul Etat d’Israël et en menant une politique totalement déséquilibrée, la France et l’Europe nourrissent l’irrédentisme des jusqu’au-boutistes et des plus radicaux dans le monde arabe, laissent croire aux Palestiniens qu’ils jouissent d’une totale impunité et qu’ils disposent d’un droit de véto permanent pour empêcher toute évolution de la situation et continuer à harceler Israël dans les instances internationales qui lui sont aveuglément acquises.

Ne nous cachons pas non plus derrière le prétexte fallacieux du Droit International pour justifier le biais anti-israélien systématique de nombreux pays européens qui ont pris depuis trop longtemps, contre l’éthique la plus élémentaire, fait et cause pour les Palestiniens au détriment d’Israël. Le conflit israélo arabe est un conflit politique et non juridique qui doit s’arbitrer par la négociation et le compromis et non devant les tribunaux avec des condamnations et des sanctions.

Entre Israël et les Etats-Unis d’un coté, la France et l’Europe de l’autre, il y a un désaccord que l’on peut résoudre comme on doit le faire entre amis et alliés, par le dialogue et la concertation. Cela n’est possible qui si l’on cesse d’accuser de manière infondée Israël de ne pas respecter le Droit International et en garantissant la totale impunité de l’Autorité palestinienne et des pays arabes qui, sur le sujet, sont loin d’être des parangons de vertu et dont les comportements et les errements ne sont jamais questionnés.

La position de la France et de l’Europe, que vous reprenez à votre compte, n’est pas LE Droit, mais une interprétation discutable et d’ailleurs discutée DU Droit à propos de territoires qui ne sont pas « occupés » mais qui sont « disputés ». On ne fera pas la paix en continuant à s’enfermer dans des approches inopérantes et caricaturales. Il est temps d’en finir avec « l’Illusion des deux Etats » pour faire réussir la « Solution des deux Etats ».

Monsieur le Président, le parti politique que vous représentez à l’Assemblée Nationale et qui est majoritaire au Sénat est l’héritier d’une longue et belle histoire qui plonge ses racines dans les valeurs de la République et l’héroïsme de la Résistance. Les Républicains sont une grande famille politique pour laquelle nous avons estime et amitié, c’est pourquoi je me suis permis de vous écrire.

J’espère avoir la possibilité de vous rencontrer très prochainement afin de prolonger cette discussion et voir comment ensemble, nous pourrions être utiles à la France, à la paix et à l’amitié entre la France et Israël qui sont des pays qui partagent les mêmes valeurs, celles de l’État de droit et de la démocratie ; qui ont des intérêts stratégiques communs et doivent affronter les mêmes ennemis.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’assurance de mes salutations distinguées. 

Dr. Arié Bensemhoun

Chief Executif Officer