«Lâche et honteux» : Nick Cave refuse le boycott culturel d’Israël par les artistes anglophones (Benjamin Puech – Le Figaro)

Le chanteur australien a rendu public un message envoyé au musicien Brian Eno qui lui demandait d’annuler un concert à Tel Aviv en 2017. Il y émet des doutes sur l’efficacité de ce procédé, tout en affirmant «avoir conscience des injustices subies par la population palestinienne».

Interrogé par un fan sur son point de vue concernant le boycott culturel d’Israël, Nick Cave a rendu public un mail envoyé au musicien Brian Eno, dont on retrouve le nom dans toutes les campagnes d’appel au boycott. L’ancien membre de Roxy Music lui demandait en effet de ne pas se produire à Tel Aviv en novembre 2017. Une posture que le chanteur australien avait alors qualifié cette attitude de «lâche et honteuse».

«C’est même en partie pour cette raison que je viens jouer en Israël. Pas en soutien à une quelconque entité politique mais pour combattre ceux qui préfèrent oppresser, réduire au silence et jeter l’opprobre sur les musiciens», explique Nick Cave dans son long message.

«Combien serait plus puissante votre revendication si vous alliez en Israël et disiez à la presse et aux Israéliens ce que vous pensez de leur régime actuel», poursuit le chanteur à l’adresse des artistes qui refusent de se produire dans l’État juif. «Impliquer les Israéliens qui votent, pourrait être plus efficace que faire peur aux artistes», avance-t-il.

Pour autant, Nick Cave est loin de soutenir la politique du gouvernement de Benyamin Netanyahu en Cisjordanie: «J’ai conscience des injustices dont souffre la population palestinienne. Et j’espère, comme toute personne de bon sens, qu’une solution juste et globale y mettra fin.»

«Je me suis beaucoup investi pour la cause palestinienne par l’entremise de la fondation Hoping, en donnant 150.000 livres pour les enfants palestiniens», rappelle alors Nick Cave. La fondation Hoping, qui s’active auprès de la jeunesse de Gaza, de Cisjordanie et des différents camps de réfugiés en Syrie, Jordanie et Liban, a reçu le soutien de nombreuses célébrités de la musique comme Elton John, Roger Waters, Jarvis Cocker et Van Morrison.

«Quels que soient les raisons et les torts de la politique israélienne dans les territoires disputés, Israël est une démocratie réelle, dynamique, qui fonctionne bien», nuance Nick Cave.

«Tout cela encourage la discorde»

Déjà en 2017, le chanteur s’était indigné lors de la conférence de presse qui précédait ses concerts à Tel Aviv. «Si vous venez ici, vous devez vivre une humiliation publique à cause de Roger Waters et ses amis», expliquait-il alors aux journalistes.

À la même époque, Thom Yorke, le chanteur de Radiohead, après avoir reçu des appels au boycott de la part de personnalités comme Roger Waters et Desmond Tutu, avait déclaré: «Tout cela encourage la discorde. Vous ne rassemblez pas les gens. Vous n’encouragez pas le dialogue ou la compréhension mutuelle.»

Si Nick Cave et Thom Yorke jouent les cavaliers seuls, la chanteuse néo-zélandaise Lorde avait annulé sa venue en décembre 2017 en soutien au boycott. Une centaine d’artistes avait d’ailleurs appuyé sa décision dans une lettre ouverte, parmi lesquels Peter Gabriel, Ken Loach, Mark Ruffalo et Viggo Mortensen.