Les Etats-Unis vont fermer la mission palestinienne à Washington (Le Monde)

Après avoir supprimé divers financements d’aide aux Palestiniens, l’administration Trump poursuit ses mesures contre la direction palestinienne.

Nouvelle mesure antipalestinienne de l’administration Trump : les Etats-Unis ont notifié leur décision de fermer la mission palestinienne à Washington, a annoncé lundi 10 septembre le haut responsable Saëb Erekat, numéro deux de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP). Une décision confirmée par les Etats-Unis, qui accusent les dirigeants palestiniens d’avoir « condamné le plan de paix américain sans même l’avoir encore vu » et d’avoir « refusé de parler avec le gouvernement américain au sujet de ses efforts de paix », selon un communiqué de laporte-parole du département d’Etat américain, Heather Nauert.

Plus tôt dans la journée, Hossam Zomlot, représentant de l’OLP à Washington, avait mis en avant comme justification à la décision américaine, non pas le gel persistant des relations à l’initiative du président Mahmoud Abbas, mais les démarches palestiniennes visant à traîner les dirigeants israéliens devant la justice internationale pour « crimes de guerre ».

Les Palestiniens ont, en effet, soumis à la Cour pénale internationale depuis leur adhésion en 2015 plusieurs dossiers sur les crimes commis selon eux par les dirigeants israéliens, en particulier lors de la guerre de Gaza en 2014, ou ceux liés à la colonisation − comme les transferts forcés de population.

« Politique de châtiment collectif »

Cette décision est la dernière en date d’une série de mesures prises par l’administration du président Donald Trump contre la direction palestinienne, qui a gelé ses relations diplomatiques avec les officiels américains depuis la reconnaissance unilatérale, en décembre 2017 par les Etats-Unis, de Jérusalem comme capitale d’Israël.

Le 31 août, Washington a annoncé la suspension de sa participation financière à l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens, suscitant l’inquiétude de l’ONU. Le 8 septembre, Donald Trump a ordonnéla suppression d’une aide de 25 millions de dollars (plus de 21 millions d’euros) destinée aux hôpitaux palestiniens de Jérusalem-Est.

Lire aussi :   Palestine : le pari hasardeux lancé par les Etats-Unis

Les Palestiniens ne « succomberont pas aux menaces américaines » et ne fléchiront ni dans leur attitude vis-à-vis de l’administration Trump, ni dans leurs efforts pour faire juger les crimes commis, selon eux, par les dirigeants israéliens, a affirmé Saëb Erakat, numéro deux de l’OLP.

« Il s’agit là d’une nouvelle illustration de la politique de châtiment collectif pratiquée par l’administration Trump contre le peuple palestinien, auquel elle a déjà coupé l’aide financière pour des services humanitaires, y compris dans les secteurs de la santé et de l’éducation, a commenté M. Erekat. Cette dangereuse escalade montre bien que les Etats-Unis cherchent à démanteler le système international pour couvrir les crimes israéliens. »

L’OLP du président palestinien Mahmoud Abbas est vue par la communauté internationale comme l’organisation représentant le peuple palestinien, et elle chapeaute l’Autorité palestinienne.