Un déconfinement à géométrie variable à travers l’Europe (Julie Connan – Le Figaro)

INFOGRAPHIE – S’ils divergent sur les dates et les modalités, la plupart des pays européens déploient des stratégies graduelles pour esquisser une sortie de crise prudente et complexe.

Il y a les sûrs d’eux, les sinistrés qui avancent à pas de loup, et les prudents dont le zèle a payé. Du confinement italien, début mars, au repli plus tardif des Britanniques, les Européens ont avancé en ordre dispersé dans la lutte contre le coronavirus. Il en est de même pour le déconfinement.

Alors que la Pologne et l’Autriche desserrent l’étau depuis le 13 avril, comme l’Allemagne et la République tchèque depuis le 20, l’Italie, l’Espagne, la Belgique et la Grèce suivront progressivement à partir du 4 mai, une semaine avant la France métropolitaine. Derrière les choix de calendrier, les stratégies varient considérablement, selon les coûts humains et économiques du virus, les habitudes de vie et les priorités fixées d’un État à l’autre.

Établissements scolaires

Hormis l’Italie, l’Espagne, le Portugal et Malte, où les écoles resteront closes jusqu’en septembre, la plupart des pays européens rouvrent graduellement ces établissements. Le Danemark a commencé le 15 avril avec les crèches, maternelles et primaires, avant les collèges et lycées le 11 mai. En Norvège, les 6-10 ans retrouveront lundi leurs classes, réduites à 15 élèves. Le 4 mai, les écoles rouvriront aussi en Allemagne en donnant la priorité aux classes charnières, en Autriche dans un cadre aménagé, et en Islande pour les lycées et les universités. Au Luxembourg, le retour des élèves s’étale du 4 au 25 mai, selon le niveau et les examens. Aux Pays-Bas, une réouverture partielle des écoles est annoncée le 11, comme en Suisse. En Grèce, seules les terminales reprendront à cette date, une semaine avant les autres collégiens et lycéens. Maternelles et primaires attendront encore. Le 18, la Belgique rouvrira certaines classes avec 10 élèves par salle maximum. Le Royaume-Uni n’a pas encore arrêté de calendrier.

Commerces non essentiels et entreprises

Ces derniers jours, des millions d’Européens ont retrouvé le plaisir d’une coupe de cheveux, comme les Serbes et les Suisses. Les Allemands devront attendre lundi. Depuis le 27 avril, nos voisins helvètes peuvent aussi aller chez le médecin ou se rendre chez le fleuriste, en respectant les mesures barrières. Une grande partie des commerces a rouvert le 14 avril en Autriche et le 20 en Allemagne. La République tchèque, qui a avancé de deux semaines la fin du déconfinement, a aussi autorisé la fréquentation des salles de sport, bibliothèques, zoos et usines, comme la Slovaquie avec ses commerces et espaces verts.

En Italie, les magasins de vêtements pour enfants, papeteries et librairies accueillent de nouveau des clients, avec précautions.

Au Royaume-Uni, où le plan de déconfinement n’est pas arrêté, seuls les magasins de bricolage ont commencé à rouvrir, comme plusieurs entreprises de construction.

En Italie, les magasins de vêtements pour enfants, papeteries et librairies accueillent de nouveau des clients, avec précautions. L’industrie et les commerces de gros pourront redémarrer leurs activités le 4 mai, ceux de détail le 11, et certaines sociétés «stratégiques» sur autorisation des préfets. Après les merceries lundi, les Belges retrouveront aussi leurs commerces le 11. Industries et services reprendront sous conditions le 4, mais le télétravail restera la norme. En Grèce, près de 10 % des commerces (librairies, salons de coiffure, magasins d’électronique et de sport, jardineries) rouvriront lundi, avant le reste des enseignes une semaine après et les centres commerciaux le 1er juin.

Bars, hôtels et restaurants

Hormis la Suède, qui ne s’est pas confinée mais a fait fermer les bars et restaurants ne respectant pas la distanciation, les autres pays européens prévoient de rouvrir progressivement ces établissements. Les Tchèques pourront s’y rendre dès le 11 mai, et espérer s’asseoir en salle à partir du 25. En Autriche, clients et patrons devront respecter des règles strictes pour la réouverture le 15 mai: quatre adultes maximum par table, un mètre de distance minimum entre les tables et fermeture à 23 heures. Les hôtels, parcs et équipements de loisirs rouvriront le 29 mai.

Pour tenter de sauver sa saison touristique, la Grèce autorisera les hôtels et restaurants à accueillir des clients à partir du 1er juin. La Belgique, où les restaurants rouvriront le 8 juin au plus tôt, n’a pas encore défini de calendrier pour les bars et cafés. Allemands et Danois devront attendre jusqu’à nouvel ordre pour retrouver ces lieux de convivialité.

Liberté de circuler

Alors que les Finlandais peuvent quitter la capitale et sa région depuis le 15 avril et que les Autrichiens se déplaceront librement dès vendredi, les Espagnols devront se contenter des joies du sport individuel et dehors, ou des promenades en famille, à partir de dimanche. Madrid limitera aussi les déplacements au sein d’une même province, comme l’Italie et la Grèce. La Belgique, où la pratique du sport en extérieur et individuel sera de nouveau permise lundi, autorisera dès le 18 mai les excursions d’une journée dans certaines régions, et les déplacements dans sa résidence secondaire. Quant aux Tchèques, peu touchés par le virus, ils peuvent partir en vacances et voyager à l’étranger depuis vendredi dernier, à condition d’être testés négatifs au Covid-19 ou de respecter unequatorzaine à leur retour. La Hongrie, qui impose une restriction de mouvements depuis un mois, n’a pas arrêté de date pour le retour à la normale.

Liberté de se rassembler

Tandis que le Royaume-Uni interdit toujours de se réunir à plus de deux, les Italiens pourront aller voir leurs proches la semaine prochaine, en portant des masques, mais les fêtes et réunions de famille restent prohibées. Les funérailles pourront rassembler quinze personnes, mais les messes sont interdites, contrairement à la Grèce, où les églises rouvriront le 17 mai, un mois après la Pologne. Le 18 mai, les Belges pourront organiser des réunions privées à domicile, et convier plus de personnes aux mariages et aux enterrements. La Suède interdit toujours les réunions de plus de 50 personnes et les visites en maisons de retraite.

Pour les grands rassemblements, l’Allemagne et les Pays-Bas interdisent les concerts et les compétitions sportives jusqu’au 31 août, comme le Danemark, au-delà de 500 personnes. L’Irlande met la barre à 5000 personnes jusqu’à la fin août.

À l’inverse, dès le 13 mai, la Finlande permettra d’organiser des réunions de moins de 500 personnes.

Port du masque

Le port du masque en public est obligatoire en République tchèque, en Slovaquie, en Bulgarie, en Pologne, en Autriche et dans la ville de Budapest. En Allemagne, il l’est dans les transports et les magasins, et au Luxembourg, dans les lieux où une distance de deux mètres ne peut être respectée. La Belgique et l’Italie l’imposeront dès lundi dans les transports publics, comme la Grèce, dans les hôpitaux et chez les coiffeurs. Il deviendra obligatoire en Roumanie dans les espaces fermés et les transports le 15 mai. En Espagne, son usage sera, comme en France, «hautement recommandé», en particulier dans les transports en commun. Le Royaume-Uni, qui devrait annoncer un assouplissement partiel du confinement, le préconisera fortement dans les magasins.