Combats en Syrie: la Russie veut éviter tout incident avec Israël

Par Muriel Pomponne, correspondante RFI à Moscou

L’ambassadeur d’Israël à Moscou convoqué au ministère russe des Affaires étrangères. Il a été reçu vendredi par le vice-ministre chargé du Moyen-Orient, Mikhaïl Bogdanov, qui a rendu publique l’information, lundi 20 mars. Cette convocation fait suite à des tirs de l’aviation israélienne en Syrie non loin de Palmyre près des positions de la Syrie et de ses alliés.

« Il existe un canal de communication entre les deux pays, et on aimerait qu’il soit efficace », a déclaré Mikhaïl Bogdanov, ajoutant : « Il ne doit pas y avoir de malentendu sur qui fait quoi en Syrie. » Depuis le début de l’intervention russe en Syrie, les deux états-majors sont en contact de façon à éviter tout incident aérien.

L’aviation israélienne intervient en effet régulièrement en Syrie contre des bases du Hezbollah. Elle le fait en toute discrétion, sans se mêler de la guerre en Syrie. Mais, cette fois, Damas affirme que ses batteries antiaériennes ont abattu un avion israélien ce qu’Israël dément. La cible était située près de Palmyre où se trouvent l’armée syrienne et ses alliés, c’est-à-dire les Russes et le Hezbollah.

Eviter tout incident avec Israël

Cela ne plaît pas à la Russie qui veut éviter tout incident avec Israël, pays avec lequel elle entretient de bonnes relations. Le Premier ministre Benyamin Netanyahu était encore encore récemment à Moscou, justement pour parler du Hezbollah. Le mouvement chiite iranien est la bête noire d’Israël qui ne souhaite pas le voir s’implanter durablement en Syrie comme il l’a fait au Liban.

La Russie, elle, a besoin de l’aide du Hezbollah qui constitue la force la plus efficace contre les mouvements islamistes et les opposants à Bachar el-Assad. C’est pourquoi elle souhaite l’apaisement entre Tel Aviv et Damas.