Les stratèges israéliens, qui craignent plus que tout une implantation durable de l’Iran à leur frontière nord, estiment que cette préoccupation n’est pas suffisamment prise en compte dans les négociations menées sous l’égide de Moscou. Au cours des derniers mois, ils ont donc fixé de nouvelles lignes rouges.